Après 40 ans, l’heure d’une Coopération Pour un Avenir Solidaire

Ce 15 décembre 2016, le SPP intégration sociale organise, avec les 3 unions des villes et communes du pays, un colloque mettant en lumière l’indispensable travail des CPAS. Cet événement, rehaussé par la présence d’orateurs internationaux, est également l’occasion d’une réflexion globale et inclusive sur l’avenir des CPAS, confrontés à de nouveaux publics et à de nombreux défis.

En cette fin d’année de célébration des 40 ans des CPAS, je tiens à souligner que leur situation reste particulièrement difficile, en Brabant-wallon comme ailleurs. Ainsi, durant la seule année 2015, pas moins de 30.000 personnes ont été exclues du chômage, tandis que, dans le même temps, les bénéficiaires du Revenu d’intégration sociale (RIS) augmentaient de 12,4 %.

En Wallonie, l’augmentation était encore plus dramatique, atteignant 16,5 % entre 2014 et 2015. Ce phénomène est d’autant plus préoccupant que près de 30 % des bénéficiaires du RIS ont moins de 25 ans. Il s’agit là d’une intolérable hypothèque sur l’avenir de ceux qui devront construire la Belgique et la Wallonie de demain puisque, selon l’Université d’Anvers, seuls 12 % des bénéficiaires du RIS trouvent un emploi durable. À cette lame de fond, il convient encore d’ajouter l’augmentation des charges administratives résultant de la généralisation du Projet individualisé d’intégration sociale (PIIS), le coût indéniable de notre devoir de solidarité envers les réfugiés, ou encore les sollicitations toujours plus nombreuses pour la couverture des frais de scolarité.

Même en Brabant wallon, qui jouit pourtant d’une situation plus confortable que d’autres provinces wallonnes, les communes consacrent 10 % de leur budget ordinaire aux CPAS. Cette dotation a d’ailleurs augmenté de près de 3 % sur la seule période 2014-2016. Pour la Jeune province, l’enjeu est de pouvoir organiser une solidarité intelligente, afin de demeurer une terre où il fait bon vivre pour tous.

À l’appui de ce propos, vous trouverez ci-dessous les dépenses de CPAS par habitant au sein des 27 communes du Brabant wallon pour l’année 2016.

cpas-bw-2

 

Face à ces nouveaux besoins, l’augmentation de la part communale ne peut être la seule réponse. Si nous entendons les récents efforts annoncés par le ministre Willy Borsus, nous savons aussi que ceux-ci seront insuffisants pour garantir la neutralité budgétaire au sein de nos communes. C’est pourquoi j’appelle le Gouvernement fédéral à compenser le poids de ses propres décisions sur les finances des collectivités locales, tout comme le fait la Wallonie.

Dans le cadre de la généralisation des PIIS au 1er septembre 2016, le remboursement supplémentaire de 10 % des RIS paraît insuffisant. Un accompagnement des bénéficiaires du RIS vers l’emploi est indispensable, mais son efficacité dépendra d’un financement adéquat. Aussi, nous demandons que l’évaluation du dispositif après 3 ans en chiffre le surcoût administratif éventuel et qu’il soit remboursé aux CPAS pour les exercices passés et futurs.

En outre, un approfondissement des synergies entre les communes et les CPAS est souhaitable. Conformément aux deux propositions de décret que j’ai eu l’occasion de déposer avec d’autres au Parlement de Wallonie, il convient notamment de renforcer les séances conjointes, de mutualiser certains moyens, ou encore de permettre une plus grande mobilité du personnel entre les communes et les CPAS. Le rapprochement de ces deux institutions, dans le respect de leur autonomie fonctionnelle, est la condition d’une aide sociale moderne et efficace.

Enfin, après 40 années d’existence, les CPAS du Brabant wallon doivent certainement développer une vision d’avenir, afin de rencontrer collectivement les défis qui s’annoncent. Dans la droite ligne de la demande formulée cet été dans l’Almanach du Brabant-wallon, j’appelle le Gouverneur du Brabant wallon à rassembler toutes les forces vives de la province dans le cadre d’un « Forum 2030 ». La première rencontre de ce Forum devrait réunir les 27 CPAS du Brabant wallon autour d’un véritable programme de Coopération Pour un Avenir Solidaire.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !