Une Wallonie plus forte !

Ce mardi 25 juillet, les Présidents respectifs du cdH et du MR, MM. Lutgen et Chastel, annonçaient la conclusion d’un accord de majorité pour une Wallonie plus forte. Dès ce vendredi et après l’installation du nouveau gouvernement, le Parlement de Wallonie sera amené à débattre de cet accord, qui guidera l’action du gouvernement pour les deux années à venir.

Notre Région est à présent dotée d’une nouvelle majorité affichant des objectifs ramassés et des choix plus sélectifs. Bien sûr, certaines des mesures qui seront adoptées durant ces deux années prendront du temps avant de porter leurs pleins effets. Toutefois, à la lecture de cet accord, il transparait un indéniable souffle nouveau, fondé sur de nombreuses mesures fortes concernant l’emploi, le développement économique et commercial, le soutien aux aînés, la participation citoyenne, ou encore la garantie des acquis du CETA. Je formule le vœu que cet accord marque l’entrée durable de notre Région dans une nouvelle dynamique optimiste et audacieuse, au bénéfice de l’ensemble des Wallonnes et des Wallons.

Au cours des négociations qui ont présidé à la conclusion de cet accord, le cdH a été attentif à l’adoption de mesures essentielles pour l’avenir de la Wallonie, qui me tiennent particulièrement à coeur, parfois parce que je les défends depuis de nombreuses années.


Un renouveau démocratique

En tant que Président du Parlement de Wallonie, je me réjouis que notre institution devienne plus que jamais le lieu de rencontre, de débat et de décision. À ce titre, les partenaires de la nouvelle majorité ont reconnu le succès du récent panel citoyen, en inscrivant le principe même de cet exercice d’ouverture au sein de la Déclaration de politique régionale. En outre, le dépôt d’initiatives législatives par un nombre minimal de citoyens auprès des parlementaires sera encouragé et l’organisation de consultations populaires au niveau régional sera rendue possible dans un proche avenir.


Une Wallonie d’excellence fondée sur ceux qui la font gagner

Afin de fonctionner à plein régime, nos entreprises ont plus que jamais besoin d’une main-d’oeuvre dynamique et qualifiée. C’est là tout le sens du retour à la logique d’accompagnement individuel des demandeurs d’emploi, que j’avais initiée et au titre de laquelle chaque demandeur d’emploi se verra attribuer un conseiller référent. Ensemble, ils élaboreront un plan clair et réaliste de retour vers le monde du travail. Concernant les nouveaux arrivants sur le marché du travail, les partenaires s’engagent à soutenir prioritairement la formation en alternance et à favoriser les bourses de langue à l’étranger.

Mais pour que les entreprises embauchent, il est également nécessaire de leur assurer un climat de croissance. C’est pourquoi j’ai formulé de nombreuses propositions concernant la relance des investissements publics, notamment dans le numéro des cahiers de la présidence paru en mars 2017. Celles-ci ont trouvé un écho positif dans le nouvel accord, par lequel le gouvernement s’engage à plaider en faveur d’un assouplissement des règles budgétaires européennes concernant les investissements publics structurants, afin notamment de sortir de la logique d’annualité.


Un soutien au commerce de proximité

Le redéploiement économique wallon ne sera toutefois possible qu’en s’appuyant sur les acteurs de terrain, sur les entreprises qui construisent chaque jour la prospérité de notre Région. À ce titre, je tiens à souligner la juste reconnaissance du commerce de proximité, par la mise en œuvre d’un plan de soutien, mené conjointement avec les mesures de redynamisation des centres urbains et ruraux. Du reste, je reviendrai sur cette thématique qui m’est chère dans un prochain cahier de la présidence.


Un espace de solidarité entre tous les citoyens

Le vieillissement étant une matière complexe, il appelle des réponses multiples. À ce titre, je salue le futur allègement fiscal du mécanisme viager, ainsi que le prévoyait la proposition de décret modifiant le Code des droits d’enregistrement, d’hypothèque et de greffe et visant à encourager le maintien à domicile des aînés, que j’avais déposée au Parlement de Wallonie.

De même, je me réjouis que les freins à la création de nouveaux lits en maisons de repos privées soient bientôt levés. Au vu de l’importance du défi qui nous attend, nous ne pouvons nous passer du concours des opérateurs commerciaux, qui doivent toutefois agir dans un cadre bien défini.

Enfin, les lits publics en maison de repos seront prochainement pris en compte dans le calcul du pourcentage de logements publics au sein des communes, tel que le préconisait la proposition de décret que j’avais déposée en juillet 2016. Ce nouveau mécanisme encouragera les communes à investir, puisqu’elles en seront récompensées au travers du Fonds ces communes.


Le CETA en l’état

Depuis le début de mon mandat de Président d’assemblée, le dossier qui a rencontré le plus grand engouement au sein de l’opinion publique est sans conteste le CETA. Les avancées obtenues par le Parlement de Wallonie dans ce dossier sont pleinement garanties. En effet, la DPR affirme sans la moindre ambiguïté la ferme intention des partenaires de respecter l’accord intra-belge, concernant notamment la saisine de la Cour européenne de justice. Du reste, la Région oeuvrera pour une transparence maximale dans les négociations et les traités commerciaux.


Au terme d’intenses négociations, cette nouvelle Déclaration de politique régionale constitue la pierre angulaire d’un nouvel élan pour la Wallonie. Je souhaite un plein succès aux hommes et aux femmes qui constituent le nouveau gouvernement. En tant que Président du Parlement de Wallonie, je continuerai à travailler sans relâche afin que notre assemblée législative mène à bien sa mission de contrôle, d’accompagnement et de débat public, dans le respect des opinions de chacun et dans une perspective d’ouverture à la société, à l’Europe et au monde.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !