Eau de distribution : AUCUN DANGER pour la santé des Perweziens

Ces derniers jours, les Perweziens ont été interpellés par des déclarations, aussi étonnantes que totalement fausses, concernant la distribution de l’eau potable à Perwez. L’opposition, par la voix de Jordan Godfriaux, a même été jusqu’à affirmer que le Collège avait joué avec la santé des citoyens.

Il n’en est évidemment RIEN! L’insinuation est à ce point détestable que je souhaite, par cet article, rétablir toute la vérité face à cette désinformation partisane et totalement fallacieuse.

 Nous n’avons rien caché et la population perwézienne n’a encouru aucun danger pour sa santé

Les lignes qui suivent vont vous démontrer de façon très rigoureuse l’absurdité des propos soutenus par l’opposition. Nous tenons, par ailleurs l’ensemble des documents à la disposition des personnes intéressées.

Qui est concerné ?

D’emblée, précisons qu’Orbais, Malèves–Sainte-Marie-Marie-Wastines, Thorembais-Saint-Trond et Thorembais-les-Béguines sont alimentés en eau potable par la Société Wallonne de Distribution d’Eau (S.W.D.E.) et dès lors ne sont pas directement concernés par le Service communal des Eaux de Perwez. Ce dernier, comme vous le savez peut-être, n’alimente en eau potable que Perwez-Centre (habitants et consommateurs occasionnels).

Des contrôles permanents

Notre service communal est donc légitimement considéré comme un distributeur d’eau et se doit d’adopter un programme rigoureux et permanent de contrôle des eaux de distribution conformément à la législation wallonne. Ces contrôles reposent sur de nombreuses analyses et sur un ensemble de mesures de routine telles que définies par le Code wallon de l’Eau.

Des travaux sur les conduites d’eau avec information du public

En date des 30 novembre, 1, 7, et 8 décembre, des travaux de renouvellement des vannes sont effectués sur notre réseau. Ils ont logiquement entrainé des perturbations de distribution, raison pour laquelle une information a été spécifiquement assurée.

Comme il se doit, des échantillons ont bien évidemment été prélevés au droit du centre administratif le 30 novembre et transmis pour analyse à la SWDE.

La précaution avant tout…

Le 4 décembre, les services communaux prennent connaissance par mail du rapport du laboratoire de la SWDE qui mentionne la présence d’un entérocoque à la concentration de 1 bactérie sur 100 millilitres d’eau. Comme la norme est fixée à 0, une contre-expertise est sollicitée et réalisée le 6 décembre.

Immédiatement après pris connaissance de la confirmation par mail en fin de journée le 11 décembre de résultats très légèrement non conformes (0 entérobactérie, 3 coliformes) et par souci de très grande prudence, un toutes-boîtes est diffusé informant nos concitoyens des mesures de précaution nécessaires.

Une réaction rapide et efficace…

En accord avec la Direction générale wallonne de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et de l’Environnement, nos services communaux procèdent à une chloration de l’eau et informent conformément au Code de l’Eau les autorités de la Région wallonne. Celles-ci réagissent très rapidement et approuvent les mesures prises.

Conformité rétablie…

De nouvelles analyses complémentaires sont réalisées à deux endroits du réseau ainsi qu’au niveau des puits de captage le 12 décembre.

Le jeudi 14 décembre, le laboratoire ne décèle plus la moindre anomalie. Il n’y a plus la moindre « non-conformité. Le Collège en informe la population immédiatement concernée.

Les dépassements constatés ne présentent aucun danger.

La seule question qui s’impose, après ce rappel exhaustif des faits : les dépassements de normes étaient-ils inquiétants ? NON, répond la circulaire ministérielle du Ministre Ecolo Philippe Henry du 28 janvier 2014. Cette circulaire précise les seuils de déclaration initiale de conformité.

En l’espèce, l’obligation de procéder à une telle déclaration est atteinte si le nombre d’entérocoques mesuré dépasse les 5 bactéries sur 100 ml ou si le nombre d’Escherichia coli dépasse les 5 bactéries sur 100 ml.

À aucun moment ces seuils n’ont été atteints dans notre réseau d’eau.

Le Collège communal de Perwez a donc agi avec plus de prudence et de précaution que ne l’exige la réglementation wallonne

En pareilles circonstances, la SWDE n’informe pas !

La Société wallonne des eaux nous a d’ailleurs confirmé qu’en pareille situation, elle arrête les mesures nécessaires sans aucune information du public.
Notre gestion est dès lors largement plus transparente que les impositions wallonnes.
Des mesures rapides et efficaces ont été prises pour permettre le rétablissement d’une totale conformité de la qualité de notre eau.

Merci à l’équipe communale

Le Collège salue et remercie toutes les équipes communales qui se sont relayées sans faille pour apporter les réponses aux questions posées et surtout pour assurer très rapidement la distribution d’une eau de qualité.

Quand les contre-vérités nuisent au débat politique

La démocratie locale suppose un débat politique dense, élégant et respectueux. Elle suscite souvent des débats animés et contradictoires entre majorité et opposition. L’approche de futures élections apporte naturellement du piment aux échanges entre les uns et les autres.

Le Collège ne s’est jamais dérobé aux questions légitimes des Conseillers ou des citoyens et a toujours cherché à informer la population en expliquant clairement la motivation de ses choix. Mais ici la manipulation, le sous-entendu voire peut-être même le mensonge voulu ou non, ont largement nui à un débat politique de qualité.

Le collège communal formule le vœu qu’il ne s’agisse ici que d’un incident intempestif et passager.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !