La Wallonie, pionnière pour les familles

Suite à la 6e réforme de l’Etat, la Wallonie est la première entité fédérée à adopter son modèle d’allocations familiales. Sur proposition de la Ministre de l’Action sociale, Alda GREOLI, le Parlement de Wallonie a approuvé, ce 7 février 2018, le décret relatif à la gestion et au paiement des prestations familiales. Dorénavant, pour tout enfant né à partir du 1er janvier 2019, les familles recevront une allocation mensuelle de 155 euros. Cette allocation passera à 165 euros entre 18 et 24 ans.

Par l’adoption de ce décret, la Wallonie fait preuve d’un réel volontarisme en matière de politique familiale en consacrant le principe d’égalité entre tous les enfants, quel que soit leur rang dans la famille. Ce décret prévoit également des suppléments sociaux pour soutenir les familles les plus fragiles et pour les enfants atteints d’une affection ou les orphelins.

Le nouveau système se veut donc plus simple, plus clair et plus équitable pour les familles. Il tient en outre compte de l’évolution du paysage familial, comprenant aujourd’hui un nombre important de familles avec un seul enfant, monoparentales ou recomposées.

Enfin, le nouveau modèle wallon prévoit deux types de primes liées à des événements ponctuels :

  • une prime de naissance ou d’adoption fixée à un montant unique de 1100 euros, ne dépendant plus du rang de l’enfant ;
  • des primes octroyées à l’occasion de la rentrée scolaire variant entre 20 et 80 euros selon l’âge de l’enfant.

Cette nouvelle compétence pèse près de 2,25 milliards d’euros, soit près de 15 % de l’ensemble du budget régional, et concerne 900.000 enfants wallons. C’est dire l’importance que revêt cette politique pour la Wallonie.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !