Piscines : la Cour des comptes plaide pour la priorité du Brabant wallon -

Piscines : la Cour des comptes plaide pour la priorité du Brabant wallon

À l’occasion de la parution, ce jour, de son 29e Cahier d’observations adressé au Parlement de Wallonie, la Cour des comptes a présenté son analyse des comptes régionaux, ainsi qu’un audit de la politique de la Wallonie en matière d’investissements dans les infrastructures sportives.

Ainsi, la Cour relève que, sur la période 2011-2015, la part que représente chaque province dans le total des dossiers de subsides acceptés est similaire à sa part dans les dossiers introduits. Elle en conclut logiquement que « les dossiers introduits par les demandeurs sont traités sans considération de la province dans laquelle les projets sont situés ». Pour moi, ministre des Sports de 2009 à 2014, un tel constat indique un choix impartial des dossiers à subsidier, basé avant tout sur l’existence de dossiers et sur la qualité intrinsèque de ceux-ci.

Toutefois, la Cour souligne également que « l’accessibilité est une dimension primordiale du service public » et que les pouvoirs publics doivent « veiller à ce que les infrastructures soient disponibles pour l’ensemble des citoyens ». C’est pourquoi elle s’inquiète de « disparités importantes entre provinces » en matière d’accès aux infrastructures sportives existantes, pointant une situation particulièrement problématique au sein des provinces du Hainaut et du Brabant wallon, et ce, pour l’ensemble des disciplines sportives analysées. Sur cette base, la Cour relève par ailleurs la nécessité de définir des « zones prioritaires ».

Concernant la situation des piscines, la Cour évoque même l’existence de « déserts sportifs ». Ainsi, le besoin de nouvelles piscines est manifeste sur l’ensemble du territoire wallon, raison pour laquelle je fus à l’origine du premier plan en la matière, qui avait alors mobilisé plus de 50 millions d’euros.

Plus particulièrement, la Cour rappelle les besoins du Brabant wallon, qui doivent être rencontrés. Ainsi, les Brabançons wallons se partagent une piscine pour 49.187 habitants, alors que ce chiffre est de 28.882 habitants en Wallonie. Dès lors, la Cour indique que six nouvelles piscines seraient nécessaires, afin que la jeune province dispose d’une offre comparable à la moyenne régionale. Sous la législature précédente, j’étais déjà personnellement intervenu dans les dossiers concernant les piscines de Nivelles (dont les travaux sont terminés) ainsi que pour celles de Tubize-Rebecq et de Jodoigne.

J’appelle aujourd’hui tous les acteurs publics à se mobiliser, afin de construire de nouvelles piscines pour les habitants de la jeune province et notamment à Wavre, Braine-l’Alleud et, bien sûr, Louvain-la-Neuve. En particulier, la réalisation d’une piscine olympique au sein de la cité universitaire constitue une urgence absolue, et ce, pour au moins trois raisons. La première d’entre elles est le besoin criant d’infrastructures pour les nageurs du centre et de l’Est de la province. Ensuite, Louvain-la-Neuve constitue le premier centre sportif universitaire du côté francophone. Enfin, l’indispensable développement du sport de haut niveau en Communauté française requiert le développement d’outils adaptés, tel qu’une piscine olympique.

Au regard des constats sans appel formulés par la Cour des comptes et à la veille des élections communales, j’invite les clubs sportifs et les communes à soumettre un maximum de demandes de subsides. Celles-ci auront toutes les chances de recevoir une réponse positive, au vu de la nécessité de traiter le Brabant wallon de manière prioritaire. Dans ce cadre, il souscrit pleinement à la volonté de la ministre des Infrastructures sportives, originaire de la jeune province, d’ « objectiver chaque demande et (de) faire en sorte que chaque wallon puisse aller à la piscine ».

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !