Mise en vente de la poste de Perwez : BPOST ou BSTOP ?

Je tiens à réagir et à manifester mon indignation suite à l’annonce de la vente prochaine du bureau de poste de Perwez.

Cette décision impactera directement la population des régions de Perwez et de Ramillies puisque ce bureau de poste offre ses services principalement à des habitants provenant de ces deux communes.

Après les fermetures des bureaux de la justice de paix, de ceux du cadastre et de l’enregistrement (situé antérieurement dans l’ancienne gare) ou encore la fermeture plus ancienne des contributions, cette nouvelle annonce confirme l’abandon des services publics en milieu rural ou semi-rural.

Ces opérations sont le fruit d’un libéralisme forcené qui touche toute la province. Je le dénonçais encore, au nom du cdh BW, le 31 janvier dernier, au vu de l’absence d’info center en Brabant wallon et des risques de suppression des services fiscaux à Ottignies. Une fois de plus, l’accessibilité des services publics fédéraux pour tous les citoyens est menacée.

Je relève une différence d’attitude notoire entre les niveaux fédéraux et régionaux à ce propos. En effet, la Région wallonne est bien présente à Perwez via la maison de l’emploi ou encore le guichet de l’énergie rejoignant ainsi les efforts de la commune qui a pu ouvrir une école secondaire, un important centre de formation en collaboration avec l’IFAPME, une antenne médicale en partenariat avec les cliniques Saint-Pierre et Sainte-Elisabeth et enfin, un vaste complexe pour les séniors, le Val d’Orbais.

Le 13 mars 2018, BPOST a porté à la connaissance des autorités perwéziennes sa décision de vendre le bâtiment tout en procédant à une opération de « Sale & Rent Back ». Il s’agit pour Bpost de retrouver un capital de 530.000€ tout en relouant les locaux pour un montant de 16.400€ par an. Cette opération est inquiétante, car le statut de locataire permet à Bpost de fermer très facilement ses services, sans grands délais. Cette inquiétude est renforcée par l’absence de garantie de durée de bail dans le chef de BPOST.

De plus, cette opération de « Sale & Rent Back » nous en rappelle d’autres qui se sont avérées particulièrement défavorables pour les finances publiques.

C’est pourquoi le collège communal de Perwez dénonce cette vente et invite BPOST à maintenir ses services dans les conditions actuelles.

Alors que pour d’aucuns, la ruralité repose uniquement sur des incantations nostalgiques, pour moi, la ruralité est surtout le résultat d’une proactivité communale et des combats à mener au quotidien pour défendre les zones non-urbaines. Plutôt que de constater et regretter une fermeture qui serait désastreuse pour tous les habitants de Perwez et Ramillies, je préfère obtenir dès maintenant des garanties à long terme pour un authentique service public postal.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Restons en contact !